Vers un blocage administratif des sites web de vape ?

Le gouvernement te protège
Le gouvernement te protège

L’extension de l’interdiction de publicité étendue à la vape commence à se préciser, voir l’article L3511 de la loi de santé commenté ici qui vise à l’introduire dans la loi. Mais dans cette surenchère à bêtise, il y en a une que je vois venir gros comme une maison et que personne ne semble avoir relevé : le blocage administratif des sites traitant de cigarette électronique.

Le blocage administratif c’est quoi ?

Il s’agit d’une mesure de censure pure et simple qui vise à imposer aux fournisseurs d’accès Internet, sans décision de justice, une liste de sites web à bloquer. Concrètement, le fournisseur d’accès reçoit une liste de sites web et doit user de tous les moyens à sa disposition, pour rendre ses sites inaccessibles à ses abonnés. Ces mesures sont à l’origine des lois antiterroristes, où le maitre mot est de se passer d’un juge. Un véritable loup démocratique si l’on considère que le législateur n’a aucun complexe à étendre des mesures d’exception à l’ensemble de la population, sur des sujets bien éloignés du terrorisme ou de la pédocriminalité.

Le pire, c’est que ça existe déjà

Cette mesure a par exemple été mise en place pour les sites de jeux en ligne non agréés puisque les jeux d’argent font l’objet d’une exclusivité régalienne de la Française des Jeux… tout comme la commercialisation des produits du tabac.  Difficile de ne pas faire le parallèle avec l’industrie du jeux en ligne et on imagine déjà, à l’image de l’ARJEL (qui a elle le bon goût de conserver un juge dans la boucle), une haute autorité dédiée à la censure des sites de vape. Vapoteurs, terroristes, joueurs, pédocriminels… même tarif. Vous trouvez ça hallucinant, impossible légalement ? Et pourtant… lisez bien ce décret de de 2011 « relatif aux modalités d’arrêt de l’accès à une activité d’offre de paris ou de jeux d’argent et de hasard en ligne non autorisée ». Le législateur dispose de l’outil légal, il apparait donc évident qu’il sera tenté de l’étendre à la vape puisqu’il envisage déjà ce genre de dispositions, pour le moment du déréférencement, pour les cigarettes (merci Sayya Dina d’avoir repéré cet amendement).

Quelles conséquences ?

Les conséquences seront évidemment dramatiques sur tout l’écosystème de la vape et de fait, sur la santé de millions de fumeurs, que le législateur condamne à rester esclaves du tabac en tuant dans l’oeuf cette alternative, et en assimilant à un produit du tabac un produit qui n’en contient pas… un macabre tour de passe passe.

Le sénateur François Commeinhes n’y va d’ailleurs pas par quatre chemins, il a déposé un amendement pour que les buralistes se voient confiés la distribution exclusive des produits de vape. Cette idée lumineuse de confier la distribution de méthadone à des dealers fait son chemin au Parlement, une idée notamment portée par Michèle Delaunay.

Pour les boutiques en ligne, celles ci devront donc tout simplement disparaitre ou user de subterfuges pour se maintenir en ligne et continuer à vendre du matériel dans plus parfaite illégalité. Pareil pour les forums, les groupes sur les réseaux sociaux et les blogs qui deviendront également de fait illégaux.

La bonne nouvelle (oui il y en a une)

Et bien la bonne nouvelle, c’est que le blocage des sites web, ça ne fonctionne pas très bien. La technique que l’on voit se profiler est celle du DNS menteur. Je tape l’adresse d’un site web dans mon navigateur et là, je suis automatiquement redirigé vers une page qui m’explique que je n’ai pas le droit d’accéder à ce site web. Cette censure se contourne assez aisément.

Et pendant ce temps, le cigare lui se portera très bien.

Partager cet article :

Twitter Facebook Google Plus mail

2 comments

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *