Special GP Custom (Part 3) : Le Darang RDA

Le Darang avec le Tahiti
Le Darang avec le Tahiti

Après une brève présentation de GP Custom, la découverte du superbe Linya, je vous propose maintenant de vous présenter le Darang, un splendide RDA au look unique, qui respire l’authenticité et le travail soigné qui caractérise chaque produit de GP Custom. Darang signifie Feu.  Tous les fans de GP Custom attendaient un atomiseur, et avec le Darang, GP Custom n’a pas répondu en cédant à la facilité. C’est en s’associant à Fag Precision que GP Custom et Philtronic ont donné naissance au Darang. Il y a dans le Darang des innovations qui conjuguées à la reprise à son compte de concepts qui ont fait leurs preuves, offrent un atomiseur de caractère, dans son look comme dans la vape qu’il procure. Cet atomiseur a un truc bien à lui qui dépasse de loin son look et s’oriente plus vers les amateurs de rendu de saveurs complexes que vers les cloud chasers. J’ai pu m’en procurer un exemplaire chez MyFree-CIg pendant le Vapexpo. Je vous propose donc après une brève présentation de tenter de vous expliquer pourquoi je l’apprécie tant alors qu’il diffère grandement des atomiseurs que j’utilise le plus souvent.

La profondeur de la cuve assure une très bonne capacité (on doit être à une profondeur d’environ 5mm) et les trous des plots sont plus que suffisants pour les montages qui se trouvent plus limités par la chambre elle même que par ces trous dans les plots. Les plots négatifs du Darang sont taillés dans la masse, là encore rien à redire, la finition est irréprochable. Même les vis peuvent être manipulées à la main, la finition du serrage se fera avec la clé allen fournie. Le contact argent assure une excellente conductivité, c’est un choix que l’on retrouve régulièrement chez GP Custom.

L’airflow du Darang ne ressemble à aucun autre, ce dernier se fait par le top cap, plus exactement sur les côtés du top cap, ce qui est intelligent car pour les personnes qui ont pris l’habitude de soufflet un coup avant de tirer sur leur ato, ça peut éviter quelques désagréables brulures. Sans être outrancier, cet airflow est assez ouvert, assez aérien, pour que l’on puisse envisager des montages légèrement en dessous de 0.2 ohm.

Le design de l’intérieur de la chambre fait que vous ne pourrez pas faire tenir un macrocoil de 3mm de diamètre avec un gros kanthal (plus de 0.60mm). Après une dizaines de montages plus ou moins heureux, celui qui répond très correctement à mes attentes est un dual coil de 2mm de diamètre avec du kanthal de 0.50mm pour une résistance totale à 0.18 ohm. La taille de chambre, ultra réduite offre un excellent rendu, ce même sans dôme sous le top cap. La chambre doublée, dans laquelle l’air s’engouffre par le top cap constitue l’innovation majeure qu’apporte le Darang, et il y a un gros avantage : c’est de l’air frais qui arrive sur le top cap pour passer dans la paroi de la chambre pour arriver sur les coils. Du coup, le top cap a tendance à ne pas chauffer et on peut utiliser un drip tip très court, et même sans isolant delrin, on ne laissera pas un bout de lèvre sur le drip tip. La bague de réglage d’airflow convient aussi bien à du mono qu’à du dual coil, elle se bloque très correctement grâce au top cap qui est vissé, ça ne bouge pas quand on vape et c’est confortable à régler, c’est un choix que j’apprécie.

Le Darang démonté
Le Darang démonté
Le plateau et la magnifique chambre du Darang
Le plateau et la magnifique chambre du Darang
L'intérieur de la chambre on on découvre un peu l'airflow qui passe dans la paroi de la chambre
L’intérieur de la chambre on on découvre un peu l’airflow qui passe dans la paroi de la chambre
Une vuve vraiment très profonde et des plots négatifs taillés dans la masse
Une vue vraiment très profonde et des plots négatifs taillés dans la masse. La visserie aussi est ultra soignée
Les trous dans les plots sont pus que confortables pour et ce ne sont pas eux qui vous limiteront
Les trous dans les plots sont pus que confortables pour et ce ne sont pas eux qui vous limiteront
Les larges cyclopes pour l'airflow, juste sous le top cap vissable
Les larges cyclopes pour l’airflow, juste sous le top cap vissable
Le connecteur argent pour assurer une superbe conductivité
Le connecteur argent pour assurer une superbe conductivité
L'intérieur de la chambre
L’intérieur de la chambre, naturellement réduite par le système d’airflow
Le pas de vis caché sous un  anneau de laiton permet d'utiliser le Darang en hybride
Le pas de vis caché sous un anneau de laiton permet d’utiliser le Darang en hybride
La bague de réglage d'airflow en laiton permet d'ajuster votre airflow pour un ou deux coils
La bague de réglage d’airflow en laiton permet d’ajuster votre airflow pour un ou deux coils
Le top cap vissé viendra caler correctement votre bague de réglage d'airflow
Le top cap vissé viendra caler correctement votre bague de réglage d’airflow
Le Darang rend à peu prêt raisonnable dans les montages
Le Darang rend à peu prêt raisonnable dans les montages
le montage en dual vu d'au dessus
le montage en dual vu d’au dessus
Un petit coup de fiber freaks et Vape On !
Un petit coup de Fiber Freaks et Vape On !
Pas de dôme sous le top cap, mais ça condense très bie
Pas de dôme sous le top cap, mais ça condense très bie
Darang et Tahiti Evo
Darang et Tahiti Evo

Conclusion

Le Darang n’est pas l’atomiseur le plus versatile ni le plus taillés pour le cloud chasing que j’ai rencontré. Il a une vape bien à lui qui sans en faire un atomiseur « exclusif », offrira pour moi en méca une très bonne vape entre 0.18 ohm et 0.5 ohm. La possibilité de le monter en hybride est également un petit plus qui sera très apprécié des amateurs de toutes petites configurations. Ce qui fait la force du Darang pour moi, c’est bien son rendu très particulier qui conviendra parfaitement aux amateurs juices aux saveurs complexes, il sait les restituer très fidèlement avec un caractère marqué, très différent d’un Magma par exemple que l’on prend souvent en référence sur ce point. C’est une vape très agréable, pas brutale du tout, qui tire probablement sa recette du design de l’airflow qui passe dans les parois de la chambre. En fait, je ne trouve pas de point de comparaison intelligent pour décrire ce rendu, le Darang fait du Darang, et c’est très bien comme ça. La taille ultra réduite de la chambre concoure elle aussi naturellement à ce rendu si particulier (elle est même plus réduite que celle d’un Quasar), mais ce choix de design fait que l’on est naturellement limité dans les montages, si vous êtes fan de l’espace qu’offre un Mephisto, vous pourrez trouver le Darang frustrant sur ce point. Si vous êtes en revanche prêt à sacrifier un peu de montages de coils type scoubidous à un rendu typé et une vapeur gorgée de saveurs, alors le Darang est excellent choix. Certes, j’aime bien vaper très bas, et le Darang n’est pas du tout ridicule dans l’exercice, mais au final je le prédestine plus naturellement à une vape entre 0.2 et 0.4, à la fois plus soft et plus adaptée à la dégustation d’un bon juice US ou de DiY un peu complexes.

Vous trouverez le Darang chez MyFree-Cig pour 94,90€, c’est évidemment un excellent atomiseur avec la touche GP Custom qui fait qu’il est de toutes façons unique. La décoration en argile le rend à mes yeux magnifique et on a au final ce à quoi on s’attend, un atomiseur avec un caractère gros comme ça, un atomiseur que je ne parviens pas à ranger dan sune catégorie spécifique mais que je vais destiner à certains juices.

Partager cet article :

Twitter Facebook Google Plus mail

4 comments

    1. Par contre pour le monter en hybride j’ai un problème, il ne se monte que sur l’Evo, ou je n’arrive pas à faire contact avec l’accu ( vtr4).
      Un peu déçu, je l’aurais bien tester avec le Linya.

  1. Marche aussi sur l’Emma…
    Par contre je suis étonné que personne ne souligne la qualité douteuse des gravures (sur le 2e batch… à priori sur le premier elle étaient réalisées à la CNC). Personnellement je ne les trouve pas au niveau de l’ato.
    Après avoir longuement discuté sur FB avec eux, il ressort que Juan le designer n’est effectivement pas satisfait du boulot fait par Fag, mais que cet « effet » est soit disant voulu (Darang -> feu …). Je trouve l’explication, comment dire, plutôt capilotractée… enfin, ça ne retire rien à la qualité de la vape, mais esthétiquement c’est très bof à mon humble avis.

    1. Salut Namoi,
      Deux petites questions étant processeur également d’un Darang.
      Que signifie : « réalisées à la CNC » ?
      Et je ne comprends pas ce que tu reproches aux gravures ?
      Tu parles de celles en argile ?
      Bon weekend et bonne vape en tous cas, car côté saveurs c’est un régal, enfin pour moi 🙂

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *