Shift BF par Boost Lab : un BF innovant et efficace pour flavor chasers

Shift BF by Boost Lab

Shift BF by Boost Lab
89.8

Qualité de fabrication

10/10

    Conception

    9/10

      Rendu saveurs

      10/10

        Production de vapeur

        9/10

          Facilité de prise en main

          8/10

            Pour

            • Rendu nettement au dessus de la moyenne
            • Format ultra compact
            • Qualité de fabrication globale
            • La vis sur la chambre pour l'airflow supplémentaire

            Contre

            • Plateau un peu compliqué à appréhender
            • Cuve non adaptée à une utilisation non BF
            • Prix élevé (on aurait aimé une chambre SS en plus pour le même prix)
            • Airflow un peu serré et non aujustable
            • La vis dans la chambre pour clipser la chambre sur le plateau

            Boost Lab est un modeur sud-coréen qui s’est forgé une solide réputation, notamment grâce à des atomiseurs résolument orientés saveurs, comme le Nitro R, le K.Loud ou le Izi RTA. Minwoo Lee le modeur revient donc avec un dripper le Shift BF, déclinaison bottom feeder du Shift, avec des caractéristiques assez singulières comme à son habitude. Minwoo Lee n’est pas le genre de modeur à fournir un pin BF pour un atomiseur qu’il n’aura pas repensé de A à Z pour cet usage. Chez Boost Lab, on est au moins assuré d’une chose, c’est de tomber sur de l’innovation à chaque création, et c’est évidemment quelque chose que l’on apprécie.

            Spécifications

            • Terroir : Corée du Sud
            • Matériaux : Acier inoxydable (center post et plateau) et peek noir (top cap et isolant du positif), drip tip en delrin fournit.
            • Format 22mm
            • Pin BF ou non BF
            • Joint torique anti fuite sur le 510
            • Simple ou dual coil
            • Chambre quasi inexistante
            • Cuve… minimaliste

            Le Shift n’est pas un dripper qui courre les rues, distribué en France par l’excellent Vapstor comme les autres créations du modeur, c’est un atomiseur qui se situe dans une gamme de prix élevé (160 euros), et qui a connu un vrai succès puisqu’on en trouve plus mais qu’un second batch a été annoncé aujourd’hui même par Boost Lab, avec quelques petites évolutions qui risquent de faire de lui un atomiseur un peu différent que celui que nous allons aborder aujourd’hui. Un nouveau drip tip en ultem, un top cap SS, une chambre modifiée et un airflow plus serré sont au menu pour ce second batch. J’ai eu la chance de trouver le mien par l’entremise de l’ami Sébastien Latimier que je remercie, c’est donc grâce à lui que nous allons pouvoir disséquer ce dripper.

            Si on devait résumer ses caractéristiques qui au premier coup d’œil font de lui un atomiseur très différent des autres, on évoquerait tout de suite cette chambre, minuscule, quasi inexistantes, et un plateau très particulier exclusivement dédié à une utilisation en bottom feeder. Sachez d’ailleurs qu’il y a un non BF fournit mais que ce dernier, vu la cuve, a plutôt vocation à rester dans votre sachet de spares. Autre particularité, et c’est probablement lié à cette chambre microscopique, le top cap est en peek noir, ce qui va lui éviter de chauffer.

            L’exercice d’aujourd’hui est un peu périlleux puisque si vous avez suivi les trois précédentes revues d’atomiseurs, elles portaient toutes sur des drippers bottom feeder (l’indétrônable Richelieu avec son nouveau plateau BF, l’excellent Hadaly et le surprenant Mulciber). Boost Lab a donc pour réputation de sortir des atomiseurs dont l’objectif est de magnifier les arômes vos liquides, mes références en la matière sont le Richelieu et le Mirage dans un autre registre. Le Richelieu est un atomiseur chirurgical qui ne pardonne rien, mais qui sais sublimer comme nul autre des liquides gourmands. La question du jour est donc… avons nous trouvé un dripper à sa hauteur ? … Rien que ça.

            Le Shift nous arrive dans un packaging assez spécial, sympa mais pas très luxueux pour un atomiseur de cette gamme de prix
            Les plateaux dee Boost Lab sont toujours très particuliers, celui du Shift BF ne déroge pas à la règle. On a un positif au centre, deux négatifs à même le plateau (les deux vis), et à l’opposé un petit trou pour clipser la chambre. Côté gravure, c’est très sobre, peut-être un peu trop, on aurait par exemple apprécié que cet atomiseur de modeur soit numéroté.
            Et quand on regarde ce plateau, particulièrement la position des vis de serrage, on s’attend à un petit temps de prise main pour sortir un montage correct, que ce soit en mono ou en dual coil. Notez l’isolant du positif, c’est du peek, mais de couleur noire.
            Sous les vis des positifs, on découvre nos arrivées de liquide. De ce côté là, rien à redire, ça semble confortable. On a globalement un plateau très bien usiné, comme on est en droit de s’y attendre sur cette gamme de matériel. Un seul joint torique assure le maintien de la chambre et l’étanchéité.
            Sous notre plateau, on découvre notre arrivée de liquide par le pin. Pas de gravure à signaler.
            Au bout de notre connecteur 510, on aperçoit un petit joint torique dont la fonction est d’assurer l’étanchéité à ce niveau et c’est très bien vu, il n’est jamais agréable d’avoir des fuites au niveau du connecteur, sur une box comme la Dripbox de Kanger, ceci se traduit souvent par des fuites de juice via le switch et c’est assez désagréable.
            Côté chambre, on est sur du peek noir, ce n’est pas transcendant mais ça a l’avantage de résister à de fortes chaleurs et de ne pas chauffer. On a sur cette chambre une arrivée d’air, pas énorme, mais suffisante pour mon utilisation du moment, on pourra regretter le fait que cette arrivée d’air ne soit pas ajustable.
            On aperçoit une petite vis au dessus de l’arrivée d’air. Une fois retirée, ceci vous fait une arrivée d’air supplémentaire par le top. Assez utile pour de gros coils un peu complexes (mais pas trop gros vu la chambre et le plateau
            Le inner de notre chambre est vraiment hors du commun, En fait ce qui constitue la chambre c’est uniquement cette mini découpe rectangulaire. La petite vis qui dépasse que vous voyez sert à clipser la chambre sur le plateau.
            Allez, on s’attaque au montage
            Je suis suis parti sur un dual coil au Kanthal de 0.40mm, 5 spires sur un axe de 2,5mm. N’allez pas au dessus ou vous aurez les coils qui se touchent. Pour utiliser du kanthal plus gros, pensez monocoil (assez adapté à une utilisation en électro)
            On a quelque chose qui va bien fonctionner en dual et qui va rentrer dans notre micro chambre, c’est parfait
            Pour ce qui est du coton, je suis parti sur du VCC
            La texture de la VCC se prête pas mal à cet atomiseur
            Notamment pour s’enrouler autour du positif
            Et nous voici avec le cotonnage terminé
            Pour un montage à la verticale, coupez bien l’excédent de coton, là il y en a encore un peu tropet il va venir s’écraser dans la chambre
            Sur une Pico Squeeze, on se rend compte à quel point ce Shift BF est compact

            Conclusion

            Dans un premier temps un peu perplexe, une perplexité liée à mon premier montage monocoil à la verticale avec un kanthal de 0.50mm, je me suis mis à jouer un peu avec, en monocoil plus gros à la verticale avec du clapton pas trop gros, et enfin en dual coil vertical, montage que j’ai finalement retenu pour cette review. Si mon premier montage s’était montré décevant, c’est finalement en dual coil que je suis parvenu à en tirer le meilleur pour mon utilisation. Et en dual coil, il faut avouer qu’on rentre vraiment dans une autre dimension avec ce Shift. Il semble que plus on remplis cette minuscule chambre de coil et de coton, plus les saveurs sont exacerbées.

            Si vous êtes amateurs de clapton coils et autres coils scoubidous, il faudra ruser un peu pour faire un montage propre mais la petite vis sur le top cap enlevée, vous avez un airflow qui viendra taper le haut du coil en plus de l’airflow latéral, ce n’est pas trop ma vape du moment mais sachez que non seulement c’est faisable mais qu’en plus, tout particulièrement avec une box électro, le résultat est très convainquant.

            Dans les points qu’on pourrait lui reprocher, il y a cette petite vis dans l’intérieur de la chambre qui sert à clipser la chambre sur le plateau, cette cuve que l’on aurait souhaité un peu moins minimaliste même sur un BF, ces vis pas vraiment confortables si vous aimez coiler du « gros », et ce prix que beaucoup trouveront prohibitif. On ajoutera que ce type de plateau s’adresse à des utilisateurs expérimentés, faire un beau montage bien propre est un petit exercice de style, on est très loin du confort d’un  Richelieu ou d’un Mirage.

            Malgré ces défauts, j’avoue avoir été vraiment séduit par ce rendu, et il se hisse fièrement dans mon top 3 de cette catégorie d’atomiseurs avec le Richelieu et le Mirage. Cependant, si son plateau, son prix ou sa disponibilité sont un obstacle, je vous invite à pencher sur le Mulciber qui n’a pas à rougir de son rendu et qui joue dans une catégorie similaire pour un prix public deux fois moins élevé. Pour ceux qui préfèrent rester sur de l’atomiseur de modeur et que ces caractéristiques ne rebuteront pas, ce Shift est tout indiqué, sa conception hors norme lui confère une vape vraiment orientée saveurs, pour une production de vapeur correcte, qui vous séduira quand vous aurez trouvé votre montage. Le Shift est un BF très exclusif, peu polyvalent, mais si vous vous orientez vers lui c’est parce que ce sont les saveurs qui vous importent, pas les nuages. Malgré quelques défauts ce Shift est vraiment séduisant.

            Côté disponibilité, gardez un œil attentif sur le site de Vapstor.

            Partager cet article :

            Twitter Facebook Google Plus mail

            One comment

            1. Il es très sympa sinon que la vis d’air flow peux endommager le top cap si elle est trop vissée.

              Reste que 160€ alors que le trouve probablement sorti de la même usine (mais alors très très très probablement) à une 10aine d’euros

            Répondre

            Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *