Resurrection v2 RDA par E-Phoenix : un somptueux BF suisse

Resurrection V3 By E-Phoenix

Resurrection V3 By E-Phoenix
8.6

Finitions globales

10/10

Facilité de prise en main

7/10

Rendu global

10/10

Conception

9/10

Production de vapeur

8/10

Pour

  • Un BF redoutablement précis
  • Une finition globale bien suisse
  • Un look bien à lui et réussit
  • Des matériaux qui respirent la qualité
  • La vis pour boucher le pin BF est un système ingénieux qui vous évite d'avoir à démonter les plots de votre ato pour passer du BF au non BF

Contre

  • Le deck pas évident à prendre en main pour des novices
  • Allez on va parler du diamètre un peu spécial pour les accrocs de la flushitude absolue
  • Drip tops propriétaires qui ne permettent pas l'utilisation de vos drip tip (personnellement je m'en fiche mais certains n'aimeront pas)
  • La cuve n'est pas la plus profonde, mais pour un usage en BF, on s'en fiche un peu
Resurrection V2 by E-Phoenix

Après une petite digression sur le bidule de Philip Morris, rien de tel que de parler d’un vrai produit de la vape, un beau, signé E-Phoenix, le Resurrection V2. E-Phoenix nous a habitué à des atomiseurs très hauts de gamme comme le Resurrection premier du nom ou les Hurricanes. Bref c’est toujours un plaisir de se retrouver face à ce genre de matériel, car dès l’unboxing, on sait tout de suite qu’on va passer un excellent moment.

A l’origine d’E-Phoenix, nous avons donc les deux frangins Baldelli, véritables passionnés de vape et qui ont fait le choix de créations répondant leur style de vape (plutôt serrée et très orientée saveur), mais offrent toujours la possibilité d’être un peu poussées. Sans tomber sur les atomiseurs les plus polyvalents du monde, il est aisé de trouver ses marques, pour peu qu’on se donne un peu les moyens de travailler correctement ses montages et d’écouter tout ce que nous racontent leurs atomiseurs. En règle générale, si vous abordez un E-Phoenix comme un Goon, et bien achetez vous un Goon (entendons nous bien je ne crache pas sur cet atomiseur, bien au contraire, c’est l’un des mes atos « bourrins » préférés, mais ils ne répondent pas du tout à la même logique).

Spécifications

  • Terroir : Suisse
  • BF/NonBF
  • Diamètre : 22.7mm
  • Configuration : simple ou dual coils
  • Trous des plots : 2mm
  • Cuve : 7,4mm

Le Resurrection v2, hormis son look à la fois original et élégant, présente comme nous allons le voir quelques singularités, que ce soit dans la qualité des finitions, la qualité des matériaux, le driptop mono coil avec réducteur de chambre, le placement des plots, ou encore l’AFC redoutable d’efficacité… et ce qui ne gâche rien à la fête, c’est qu’il arrive en plus avec un pin bottom feeder assez originalement pensé pour le passer en non BF.

Attention cependant, il ne s’adresse pas à un public de débutants, mais plutôt à un public aguerri et rompu aux montages de drippers avec un deck à 3 plots. Un dipper suisse, figurez vous que ça exige un peu de précision pour en tirer le meilleur. Une fois l’alignement des coils assimilé sur cet atomiseur, c’est une véritable symphonie de saveurs qui s’offre à vous, car oui, on est bien face à un dripper orienté saveurs, ça vous l’aviez déjà probablement compris.

Penchons nous sur ce petit bijou en images…

Au premier coup d’oeil sur le plateau, on se rend compte que ce n’est pas l’atomiseur de monsieur tout le monde
Le packaging bien qu’en carton, est assez classe. En outre, notre dripper arrive avec une bouteille de juice (que je n’ai pas encore testé, je croule littéralement sous des litres de liquides tous meilleurs les uns que les autres).
Notre dripper se compose donc d’une chambre, d’un plateau, et deux top caps propriétaires (un pour le mono coil avec un réducteur de chambre, l’autre pour du dual coil). Des spares sont fournis).
Voici nos 4 éléments…
Sous le plateau, on découvre, oh joie… un pin bottom feeder. Nous verrons ensuite comment l’obstruer pour en faire un 510 qui ne dégoulinera pas sur vos accus ou votre chipset si vous ne souhaitez pas l’utiliser en BF.
Cette chambre, à l’air de famille assez marqué avec le Resurrection V1, présente de belles gravures, très fines et très élégantes. Ici, le serial et son terroir d’origine.
… et de l’autre côté, la très jolie griffe du modeur.
A l’intérieur de notre chambre, on découvre ces 3 arrivées d’air (deux pour du dual coil et une pour du mono). Ce sont des arrivées indirectes qui nous laissent augurer qu’il y a eu un peu de jus de cerveau pour nous proposer un airflow de précision très… suisse.
Nos deux drip tops propriétaires sont en delrin. Attention, vous ne pourrez pas y ajouter un drip tip de votre choix
A gauche, le drip top dual coil, à droite le drip top mono coil. Ils sont tenus par deux joints. Là encore sur ce point rien à redire, ce ne sont pas des joints cheap, ils tiennent correctement et on éprouve non plus aucun mal pour enlever le drip top de la chambre.
La masterpiece de notre Resurrection V2, c’est bien ce plateau. Ses bords sont bien largeset l’espace pour vos build est réduit, l’objectif de ce dripper n’étant pas de vous offrir un deck pour Alien versus Predator twisted claptonisé avec un jeu de cordes de basse, vous avez l’espace qu’il faut pour tirer le plus saveurs possible, donc, un minimum d’espace.
Et c’est quand on regarde l’alignement en biais des arrivées d’air par rapport à nos 3 plots, qu’on se dit qu’il y a une feinte et qu’on va tomber sur un dripper très tatillon avec le build, du moins avec l’alignement par rapport à l’arrivée d’air. Saveurs, saveurs encore saveurs… mais en plus précis svp.
Nos post holes font 2mm, ça reste confortable pour un petit clapton quand même, donc vous aurez le droit de jouer un peu. Rien à dire sur la qualité de la visserie, une fis encore on est pas dans le cheap.
Allez on passe à notre build. Rien de bien méchant mais attention, il faut écouter ce plateau, parce qu’il a plein de choses à vous dire. Je suis parti sur du Inowire 26ga, on a franchement pas besoin de plus gros sur cet ato. Sur du kanthal je serais parti sur du 0.50mm
En dual coil à 9 tours sur du 2.5mm, je reste à une valeur acceptable, soit 0.35 ohm. L’avantage de l’Inowire, c’est qu’il a une réactivité plus que confortable, même avec un grand nombre de spires
Niveau coton, je suis parti sur du Juicy Wick, très proche du VCC mais plus simple à travailler.
Alors oui il y a pas mal de coton, vous n’êtes pas obligés d’en mettre autant, mais ce que je recherche ici, c’est qu’il occupe un maximum de la cuve et de la chambre pour que l’espace de vaporisation soit quasi inexistant.
Attention de bien aligner vos coils très bas dans la cuve pour que les arrivées d’air puissent taper en pleine tête vos coils (je les ai abaissé un peu après avoir placé mon coton)
Si vous ne souhaitez pas utiliser votre Resurrection en BF, il vous suffit d’obstruer avec cette petite vis le pin
Le voici sur une petite Svapiamo
Je vous disais que le plateau et les plots permettaient certainement un petit clapton, j’ai donc tenté le coup. Cependant je vous recommanderai du kanthal en 26/30 Ga, pas au dessus, pour 4 tours sur du 2mm de diamètre, au dessus ça devient galère. On arrive à du 0.3 ohm.
Et pour chauffer tout ce kanthal à 0.30 ohm, rien de tel qu’une petite Randohm en 20700 (celle ci est un prototype mais on en reparlera sûrement très bientôt).

Conclusion

Le Resurrection V2 ne s’adresse pas à tout le monde, il est destiné aux flavor chasers avertis, un peu rompus aux builds précis. L’espace dans la cuve, l’alignement des plots, c’est certes des points un peu contraignants mais on s’y fait rapidement.

Poussé dans ses retranchements, j’éviterai d’aller en dessous des 0.2 ohm, ce qui est déjà vraiment pas mal pour un atomiseur orienté saveurs (le concept étant de ne pas calciner vos juices). La taille des trous dans les plots vous permet d’envisager des montages au clapton mais pas sur du 3mm de diamètre ou vous aurez de la peine à passer votre coton. Mes montages préférés sont à l’Inowire 26Ga ou au Flat Wire Ni en 0.5mm.pour des valeurs entre 0.3 et 0.4 ohm. Que ce soit en single coil avec le driptop qui fait office de réducteur de chambre ou en dual coil, on obtient un rendu génial. Mieux, le Resurrection s’en sort toujours haut la main, ce même avec des liquides aux arômes très différents. Je vape très rarement des tabacs, mais avec mes mix de custard tourbées au whisky, j’en suis revenu à faire des expériences avec des arômes tabac dans ces mêmes custards. Tout ça pour vous dire que des arômes des plus simples aux plus complexes on a en face de nous un dripper qui qui a une tendance, parfois presque agaçante à « sublimer » vos liquides, un peu à la manière dont le fait le Richelieu et qui au final, fera que si vous testez vos liquides avec un autre dripper, vous ne retrouverez pas le petit truc en plus que vous obtiendrez avec ces deux drippers… Mais quel plaisir.

Attention pour les fans de setup flush, son diamètre est un peu particulier avec ses 22.7mm, mais sur une box BF, on y voit généralement aucun problème et sur un tube, c’est le moment où jamais de ressortir vos Chi You ou vos Skeleton Key et autres tubes en 23mm.

Enfin notez que vous le trouverez pour 130€ ce qui le place dans la fourchette haute, comme souvent pour les drippers high end orientés saveur. Mais vu la qualité de l’usinage, on sait qu’on est dans le durable, le luxueux, le suisse quoi… bref, « you get what you pay for », et il vaut son prix. Le mien provient de chez Steam and Vape.

Avec un Chi You
Sur un Skeleton Key

Partager cet article :

Twitter Facebook Google Plus mail

2 comments

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *