Qualification légale de la cigarette électronique : vers l’absurdité ? #eCig #Vape #EUeCigBan

euecigban-legal-issueDans quelques minute se tiendra à Bruxelles la conférence de presse intitulée « Cigarettes électroniques : état des lieux sur la directive sur les produits du tabac« . Elle est sensée marquer la divulgation de travaux jusque là tenus secrets de la Commission. Cette opacité n’est pas un fait exceptionnel, c’est le mode fonctionnement de la Commission. Elle accouche de pistes législatives qui sont ensuite soumisse au vote des eurodéputés. Cette pratique du secret ne peut que provoquer une grande suspicion. Qui a t-elle entendu ? quelles seront les orientations qu’elle préconise ? Et surtout.. ce qui conditionnera énormément de choses : quelle sera la qualification légale de la cigarette électronique, un médicament ou un « produit du tabac » ?

Une chose est certaine, c’est que dans un cas comme dans l’autre, nos cigarettes électroniques, son dynamisme en terme d’innovation, de recherche sur les questions de santé qui ne sont pas dictées par des vendeurs de médicaments trop habitués à inventer des maladies pour mieux vendre leurs médicaments, son indéniable potentiel économique en terme de nouveaux emplois… tout ça sera d’une manière ou d’une autre remis en cause.

Le risque pour l’avenir de la cigarette électronique est double, avec :

  • d’un côté les offensives de la puissante industrie pharmaceutique qui cherche à s’accaparer un marché jeune, estimé à plus de deux milliards de dollars avec des perspectives de croissances énormes ;
  • d’un autre côté les non moins puissants cigarettiers qui cherchent à positionner dés 2014 leurs produits sur ce qu’ils estiment une être une extraordinaire opportunité ;
  • et au milieu… un marais de députés qui n’ont aucun avis objectif, en l’absence d’études sérieuses, sur les décisions qu’on leur impose de prendre dans la hâte.

A qui va profiter cet empressement ?

L’objectif de cet empressement pour les forces en présence est de s’emparer de quelque chose de nouveau pour lui donner une qualification juridique « médicament » ou « produit du tabac » pour tenter de tirer à lui le marché. La qualification légale, c’est l’étape clé pour s’emparer de la distribution, de la commercialisation et pire… de la normalisation. Quoi de mieux qu’écrire les normes légales d’un produit que l’on fabrique ?

L’industrie pharmaceutique a beau rôle d’invoquer le principe de précaution… Donnez une blouse blanche au premier crétin qui vous dit que se plonger les testicules dans un verre de cognac soigne les problèmes de fertilité, et vous trouverez des députés prêts à faire abroger la loi Evin . Si principe de précaution il devait y avoir, on commencerait par interdire tout simplement la cigarette, responsable de plus de 70 000 morts chaque années rien qu’en France.

Si le titre de la conférence qui se tient actuellement assimile déjà la cigarette électronique à « un produit du tabac », c’est qu’il y a tout lieu de s’inquiéter, tant sur le plan de la règlementation dans la distribution qui va se trouver grandement modifiée si le projet de loi est mené à terme, que sur le plan fiscal.

La prohibition de la vape est hypocryte, inquiétante et sanitairement dangereuse, car elle marque une volonté de Bruxelles de faire obstruction, contre l’intérêt public, au déclin de l’industrie du tabac et des problématiques sanitaires connues qui y sont liées.

Partager cet article :

Twitter Facebook Google Plus mail

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *