Origen MK2 de Norbert : ne ratez plus un seul montage

L’Origen MK2 de Norbert est un atomiseur à cheval entre le genesis et le RDTA, à la fois polyvalent et très pointu sur le rendu, il est surtout un peu exigeant en matière de montage, il est même la bête noire de certains d’entre nous. Pourtant, une fois qu’on a compris deux ou trois petites choses, son montage, en mono ou en dual coil devient une formalité. Ce petit tuto sans prétention a donc pour but de vous transmettre quelques astuces pour aborder du bon pied cette petite perle et que pour vous, son montage ne rime plus avec shorts, leak, cotonnage douloureux, dry hits, bouts de coils plantés dans les doigts, peine, larmes et douleur.

Pour bien débuter, on commence par virer le réducteur, ceci va grandement nous faciliter la tâche par la suite, ainsi que notre petite vis de serrage du positif. Evidemment, ne faites pas comme moi, je la perds régulièrement, donc posez la quelque part où elle ne roulera pas par terre, et faites vos montages sur un espace de travail digne de ce nom et non sur la table basse du salon avec un tapis en moumoute en dessous de la table.
La simple observation des fentes sur le positif et du placement du négatif nous donne une précieuse indication… l’angle des pattes de nos coils. On va y revenir.
Pour coiler notre Origen, on va donc avoir besoin de coils, je sais ça débute pas de la manière la plus originale. Je suis parti sur de l’Inowire 22ga, mais uniquement parce que je suis tombé en rade de 24. Le 22 est un peu gros, du coup on risque d’être bas, et si on est bas, il faut faire plus de spires … et si on fait trop de spires, on galère pour le cotonnage avec notre Origen.
Et comme on est en 22Ga en Inowire , je suis parti sur 7 tours, je sais que ce sera bas mais pas trop. A titre de comparaison, sur du kanthal, j’opte souvent pour cet ato à du 0.50mm. Mais attention, c’est un premier tip : je coil toujours le MK2 avec des résistances d’un diamètre interne de 2.5mm, ce diamètre va nous permettre une capillarité idéale avec les wick holes de cet ato. Second tip, très important celui ci pour éviter les bouts de fils plantés dans les doigts à l’étape suivante, vos résistances doivent présenter un angle des pattes de 45°.
A ce stade, l’autre astuce, c’est de commencer par fixer les positifs de nos résistances sans serrer comme un bourrin pour le moment.
Comme nos coils ne sont pas très droits, vous pouvez les redresser un peu et les aligner bien en face des wick holes à l’aide de la petite clé de serrage, mais à ce stade peu importe si vos coils ne sont pas ultra verticaux.
On passe maintenant délicatement la patte du négatif de notre premier coil mais sans visser à ce stade le négatif.
Pour le serrage du négatif, je me sers de mon pousse pour caler mon fil en le rabattant bien vers l’intérieur pour éviter de me retrouver avec un bout de fil qui viendra shorter sur le top cap. C’est aussi à ce moment là que je ressers à fond le positif, une fois que mes deux négatifs sont fixés.
Je coupe l’excédant de fil en battant bien les éventuels petits bouts vers l’intérieur. Comme je suis parti sur du 7 tours, je me retrouve avec des coils beaucoup trop près des wick holes ce qui n’est pas top pour le cotonnage. J’utilise donc cette petite pince plate pour les relever un peu.
Les voici correctement alignés, on va pouvoir s’occuper du coton.
Je suis parti sur de la Native Wick mais vous pouvez évidemment utiliser le coton que vous voulez. Part contre inutile d’en mettre une blinde, on ne veut pas qu’il traine jusqu’au fond de la cuve et divise la capacité de votre tank par 2.
Pour récupérer le coton sous le coil j’utilise cette petite pince pointue et courbée, puis je tire délicatement mais si vous avez bien fixé vos coils, cette étape est une formalité.
Je coupe alors l’excédant de coton (on a vraiment pas besoin de plus que ça).
Toujours avec ma petite pince courbée pointue, je repousse le coton vers les wick holes. Comme on en a pas 2 tonnes, cette opération est aussi très simple.
Comme je vous le disais, l’inowire en 22Ga c’est un peu overkill pour cet ato Du coup nous sommes bien bas.

Même punition pour du monocoil…

Et voilà, l’Origen demande donc un peu de doigté, mais rien d’insurmontable, si la courbe d’apprentissage sur cet ato n’est pas celle d’un Goon, il est quand même bien plus subtil, j’espère que ces quelques astuces vous permettront, comme moi, de l’apprécier encore de nombreuses années.

Partager cet article :

Twitter Facebook Google Plus mail

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *