Le dripping, une valeur sûre de la vape (partie 2) : le dualcoil

Voici le second épisode de nos aventures autour du dripping et du clone du Trident. Je vais aujourd’hui utiliser la version de Tobeco de ce clone que j’ai trouvé chez Vapor Shop pour vous illustrer un petit montage en dual coil. Je ne suis pas un grand fan normalement du dual coil (double résistance) puisque ça chauffe assez rapidement quand on a tendance à chain-vaper, mais il se trouve que cet atomiseur, avec les deux larges trous opposés d’arrivée d’air, s’y prête particulièrement. Rappelons que l’objectif de cet article est de briser le mythe de la complexité d’accès de ces atomiseurs quand on vient de e-cigarette plus classiques dotées d’un clearomiseur non reconstructibles (du moins pas simplement). Passer au reconstructible, ce devrait être une évidence pour tous, j’espère arriver à vous en convaincre.

Avant d’aller plus loin : il est important que vos deux résistances soient le plus identiques possibles pour chauffer de la même manière. Ayez conscience que l’ajout d’une résistance, supplémentaire à pour effet de diviser par 2 la valeur de vos deux résistances. Ainsi, si vous visez du 0.8ohm, ce qui est très bien pour un atomiseur de ce  type, il vous faudra viser deux résistances de 1.6 ohm pour y parvenir. Si vous souhaiter du 1 ohm, vous devrez viser deux résistances de 2 ohms.

Rappel : plus votre résistance est basse, plus vous envoyez de puissance. D’une manière générale et en fonction des batteries que vous utilisez (souvent non protégées), il est impératif d’éviter de descendre en dessous de 0.8 ohm, vos batteries pourraient ne pas le supporter, exploser, et endommager votre matériel… ou vous endommager vous.

Rappel 2 : ne jamais stacker deux piles dans un mod mécanique

(Merci mixmaxx pour ces deux rappels)

Dans le premier épisode, je vous avais déjà parlé du Trident. Voici la base du Trident, ses vis bien pratiques et les deux coils montés au kanthal 0.36 et enroulé autour d’un tournevis de 3mm de diamètre pour obtenir du 1?6 ohm. Evidemment vous pouvez opter pour du microcoil, le rendu est parfait aussi.

1

Le truc, c’est de conserver les résistances bien en face des arrivées d’air, ajustez les correctement

3

Mes résistances sont environ en 1.5 ohm, ce qui me donne du 0.76, c’est très bien.

2

D’ailleurs ça chauffe fort et proprement

4

Et voici avec le coton (j’ai l’habitude, un peu mauvaise d’en mettre beaucoup), mais ce n’est évidemment pas la peine d’en faire autant)

5

Dans les prochains articles de cette petite série, nous aborderons d’autres atomiseurs à dripper, comme les clones de Trident V2, du Patriot, de l’Helio, du Vortex, du surprenant Fatty V3, du « PAN » Omega (…) et un atomiseur d’exception Stillare de Cartel Mods… Nous prendrons soin également de tenter quelques bidouilles avec des atomiseurs normalement pas trop faits pour… et un épilogue laissant planer un suspens insoutenable pour répondre à LA question dont la réponse est 42 : Alors le meilleur dry ? C’est lequel ?

Partager cet article :

Twitter Facebook Google Plus mail

5 comments

  1. Tu nous parles de résistance de 0.76 ohms, de kanthal 0.36, de dual coils, d’accus en 18350 (dans la 1ere partie)… et tout ca sans parler des risques que ca comporte ????!

    Le mec qui débarque et qui se dit « ah bah tient je vais m’y mettre, je vais acheter 2 accus 18350, du kanthal 0.36, un Trident, et je vais faire faire des montages en dual coils, comme dans cet article ». Ben ce mec là il a plus de main et/ou de visage.

    C’est totalement irresponsable.

    1. Hello, merci de votre vigilance, il faudrait que je le rappelle pour bien faire à chaque article et à chaque vidéo, je pense que je faire une page explicative automatiquement linkée dans chaque article.

      Pour l’irresponsabilité, n’y allez pas aussi fort, ce n’est pas la première fois que j’aborde spontanément le problème.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *