Kit Nautilus Aspire AIO Pod pour une vape discrète et facile à vivre

Kit Nautilus Aspire AIO

8.4

Facilité de prise en main

9.0/10

Entretien et rechargement

8.5/10

Conception

8.5/10

Rendu saveur

7.5/10

Autonomie

8.5/10

Pour

  • 1000 mAh d'autonomie
  • 4.5 ml de contenance
  • Résistances facilement trouvables
  • Simplicité du remplissage et du changement de résistances
  • Airflow réglable et possibilité de vaper pendant le rechargement

Contre

  • Vape un peu sèche
  • Drip tip un poil trop large
  • Cordon usb fourni trop court pour une utilisation en passthrough (vaper pendant le rechargement du pod)

Et oui, vous avez bien lu, aujourd’hui nous vous présentons un pod. Vaping.fr cèdera donc désormais aux sirènes de la mode. Mais comme je vous le disais dans la revue du Hastur MTL RTA, la mode consiste à remettre au goût du jour ce qui a marché quelques mois auparavant. Après le MTL, la plupart des gros fabricants de la vape, essentiellement chinois, ont décidé de sortir des petits kits discrets à la vape souvent restrictive (mais pas que), censés remplacer nos vieilles batteries ego. Devant cet affluence de modèles proposés, il est bien difficile de choisir. Le choix est pléthorique sur le marché, on a des pods de toutes les formes (clé usb, yoyo, …), mais la compacité de ces pods est souvent une limite à leur autonomie. Autre problème, la facilité (ou plutôt la difficulté) à se procurer des résistances de rechange, mon choix se portait donc sur ce kit Nautilus Aspire AIO  pour les raisons que je vais développer ci après.

Spécifications

  • Terroir : Chine
  • Capacité : 4.5 ml
  • Autonomie : 1 000 mAh
  • Format : 87.5 mm de haut / 37 mm de large / 21 mm d’épaisseur
  • Poids : 50 grammes
  • Rechargement via port micro USB à 1 A maximum
  • Matériaux : plastiques et aluminium
  • Airflow ajustable

Aspire est une marque bien connu des vapoteurs expérimentés puisqu’avec la sortie de son Nautilus (toujours en vente dans énormément de shops près de 5 ans après sa sortie), cette marque chinoise a accouché d’un game changer. Pourquoi ? Des résistances fiables avec un rendu plus que correct, un entretien et un alimentation en liquide très faciles, ce qui était assez rare pour l’époque. De fait, Aspire est devenue une des marques les plus connues de la vape et surtout une des plus distribuées. Plus récemment, Aspire s’est lancé dans la production de pods (les Breeze, Spryte et Cobble) avec un succès certain.

Le contexte étant décrit, il me reste plus qu’à vous exposer les raisons qui m’ont poussé à acquérir un pod, mais également à choisr ce pod en particulier. Je souhaitais depuis quelques temps acquérir un set up à la vape discrète et à l’encombrement minimum afin de pouvoir vaper discrètement dans des lieux où je pourrais gêner. Fan de mods mécas, j’ai bien tenté de monter plusieurs set up au format 18350 avec des atomiseurs serrés, mais le fait de devoir me trimbaler avec 3 ou 4 accus en permanence sur moi me dérangeait. L’option pod devint une nécessité. Restait à choisir le bon, après de multiples tests, j’ai rapidement éliminé les pods avec une production de vapeur et une autonomie erratique ou ceux dont les résistances étaient quasi introuvables sur le marché. Dès lors,  seuls deux pods me convenaient réellement, le PAL d’Artery au format proche d’une billet box et le Kit Nautilus AIO Pod. La différence fût faite par les résistances. Si le PAL dispose de résistance BVC à 0.7 ohm trouvables partout, celles-ci sont peu discrètes en terme de dégagement de vapeur et assez gourmandes tant en liquide qu’au niveau de la batterie. Le Kit Nautilus AIO Pod accepte quand à lui les mêmes résistances BVC mais à des valeurs plus élevées (1.6 ohm et 1.8 ohm – les résistances à 0.7 ohm sont déconseillées par le fabricant). Il est même possible d’y intégrer les toutes nouvelles résistances BVC Nic Salt pour l’utilisation de liquides aux sels de nicotine. Mon Kit Nautilus AIO Pod devenait donc l’heureux élu capable de me donner les shoots de nicotine nécessaires au bureau ou chez des amis sans provoquer une gène excessive et ce en échange de la modique somme de 35,90 € déboursés chez Steam and Vape.

Le Kit Aspire AIO Pod arrive dans une jolie boite cartonnée très solide.
Le kit se compose du pod, de deux resistances (1 BVC Nautilus à 1.8 ohms et une BVC Nautilus Nic Salt à 1.8 ohm également), d’un kit de spares composé d’un bouchon de remplissage et de deux joints de remplacement, et enfin un cable micro usb/usb.
Je trouve ce pod plutôt élégant en noir. Mais il est également disponible en bleu, rouge, vert, violet ou gris Il se décompose en deux parties. La partie réservoir en haut et la partie batterie en bas disposant de larges aération  pour assurer ventilation en cas de surchauffe et dégazages éventuels.
Le switch est large et tombe facilement sous le doigt. Comme d’habitude 5 clics pour allumer et pour éteindre. A noter qu’une LED sur le switch vous informera de l’état de décharge de votre batterie par un code couleur : Violet si la tension est supérieure à 3.8V (>70% de batterie environ), bleu si la tension est comprise entre 3.8 et 3.5V (70-20% de batterie environ) et orange si la tension est inférieure à 3.5V (<20% de batterie environ). On note également le léger espace au dessus du switch qui permet l’alimentation en air de la  résistance.
De chaque coté du pod, on trouve deux clips permettant la séparation de la partie réservoir de la partie batterie afin de remplir le pod ou d’accéder à la résistance. Sous ce clip, on trouve le port micro usb de chargement. Celui-ci peut se faire soit directement sur votre PC, soit via un cordon usb avec un adaptateur pour prise de type 5V/1A qui équipe la plupart des chargeurs de smartphone. A noter que lorsque le chargement est complet, la led du switch clignote 20 fois avant de s’éteindre.
La partie batterie est un peu cheap au premier regard mais tout est propre. Tout est facilement accessible en cas de nécessité de nettoyage et notamment les deux connecteurs. L’isolation de la batterie est parfaitement assurée.
La partie réservoir où l’on trouve au centre la base de la résistance, à droite le bouchon de fermeture pour le remplissage et en dessous un large réservoir de 4.5 ml en transparence noire qui laisse facilement apercevoir les niveau de liquide restant. il est possible de racheter un réservoir de rechange en cas de casse pour la modique somme de 8.90 €.
Les résistances fournies avec notre kit. A gauche avec le joint blanc un résistance BVC Nautilus à 1.8 ohm classique. A droite, avec le joint vert, la nouvelle résistance BVC Nic Salt à 1.8 ohm, spécialement conçu pour les liquides aux sels de nicotine. Tous les liquides jusqu’à un maximum de 80% de VG passeront mais plus votre taux de VG sera bas, plus la durée de vie de la résistance sera longue. Idealement, il conviendrait d’utiliser les liquides avec un ratio VG/PG de 50/50, mais ceux en 70/30 passent également très bien.
Une résistance montée sur la base. Aucun problème au vissage. On notera sur la base où vient se fixer la résistance la présence d’un airflow réglable qui permet de gérer le tirage de votre pod de très très serré à restrictif (sans être pleinement aérien).
Comme d’habitude pour bien amorcer la résistance, il conviendra de mettre quelques gouttes de liquide dans toutes les ouvertures de la résistance afin de bien préparer le coton et d’éviter qu’il crame à la première utilisation.
La partie réservoir vue du dessus. On découvre un large drip tip propriétaire qui ne pourra être changé sous lequel on aperçoit la résistance BVC Nautilus en vertical coil.
Dernier point le remplissage. Il est très facile avec un liquide en 50/50, le remplissage se fait d’un seul trait. Par contre, pour des liquides en 70/30 ou 80/20, je vous conseille de procéder par petites doses afin de laisser ces liquides plus épais descendre dans la cuve et éviter les débordements.

Quelques semaines d’utilisation de ce pod ont fini de me convaincre de son utilité. Rangé dans le tiroir de mon bureau au travail, il sort lorsque j’ai besoin d’un bon shoot de nicotine. La vapeur produite très discrète me permet de vaper au bureau sans avoir à déranger mes collègues des bureaux avoisinant. Cela m’évite également d’avoir à sortir régulièrement pour vaper sur des set up qui produisent beaucoup plus de vapeur et donc susceptibles de provoquer le courroux de mon entourage de travail.
Si Aspire avait déjà bien percé dans le monde du pod avec les très réussis Breeze (V1 et V2), à la grosse autonomie, et le Spryte, au très faible encombrement, ce Pod Nautilus permet de lui intégrer des résistances éprouvées pour leur fiabilité et leur longévité depuis bientôt 5 ans. Ces résistances à la valeur assez élevée, alliées à la grosse autonomie en liquide (4.5 ml) et au niveau de la batterie (1 000 mAh) permettent de tenir facilement une journée de travail en vapant très régulièrement sans avoir à toucher quoique ce soit sur son pod. Autre bonne nouvelle, il est possible de vaper pendant le rechargement du pod (à condition de prendre un autre cable micro usb fourni qui est vraiment trop court (à moins que vous n’aimiez prendre des positions incongrues pour vaper – ce qui vous vaudra peut-être quelques jours de congés gracieusement offerts par votre chef de service apitoyé par votre besoin impératif de nicotine au travail).
L’encombrement de ce pod est contenu bien qu’il soit tout de même un des plus volumineux du marché. J’ai tendance à comparer sa taille à celle d’un surligneur, un chouilla plus large. Il se glisse facilement dans une poche de jean, un blouson ou un sac. Il ne nécessite pas l’emport d’une trousse à outil pour refaire ses coils et d’une boîte à accus.
Alors bien sûr au niveau du rendu saveur, on est vraiment pas sur un Kayfun ou sur un Richelieu, mais ce n’est pas ce qu’on lui demande non plus. La vape est serrée à restrictive. Le hit est très présent et les saveurs sont tout de même plutôt bien restituées si on joue un peu avec l’airflow. Son comportement m’a d’ailleurs agréablement surpris avec des liquides en sels de nicotine que je trouvais particulièrement fades, voir sans saveur, pour la plupart d’entre eux. Il a tout de même un meilleur rendu sur des liquides aux saveurs de tabac ou gourmandes que des fruités, même s’il est loin d’être nul dans ce domaine.
Vous l’aurez compris, je ne suis pas vraiment adepte du slogan « je vape et je t’emmerde » prôné par certains grands couillons plus prompts à débiter des âneries qu’à essayer de gérer leur seuvrage tabagique avec un minimum d’humilité. Ce pod est le compagnon idéal de tout ceux qui veulent avoir une vie sociale en vapant sans importuner leur entourage. Il est également le set ideal, à mon sens, pour débuter la vape car très économe en liquide et en batterie, le changement de résistance se fait très facilement, presque intuitivement et tout ceci pour un coût très correct.
Une vrai réussite et un achat que je ne regrette pas.

 

Partager cet article :

Twitter Facebook Google Plus mail

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.