Kennedy RDA de Kennedy Enterprises et Anarchist Wire 20G : avis de brouillard persistant

Kennedy RDA by Kennedy-Enterprises
Kennedy RDA by Kennedy-Enterprises

Badabooooom, aujourd’hui on fait dans le qui tâche, du nuage bien gras plein de VG avec un atomiseur d’origine américaine, taillé pour le cloud chasing, le Kennedy, de Kennedy Enterprises. Il m’a été envoyé par Bertrand, d’UnicornVape qui est un shop que les cloud chasers apprécieront, attendu qu’on y trouve tout l’arsenal nécessaire pour reproduire dans son salon un matin d’automne londonnien.

Bertrand m’a également fait parvenir un fil résistif dont je vais aussi vous parler dans ces quelques lignes, l’Anarchist Wire, un nichrome très pur parfaitement adapté pour le cloud chasing.

Haters gonna hate… cloud chasers gonna love

Il va de soi que l’article qui va suivre s’adresse exclusivement à des personnes expérimentées qui savent ce qu’elles font avec leur matériel, et tout particulièrement avec leurs accus. La pratique du cloud chasing ne s’improvise pas et le Kennedy que nous allons aborder ici s’adresse à un public de cloud chasers avertis. C’est donc avec une box mécanique dual 26650 équipée d’un mosfet et des accus MXJO que cette review a été réalisée pour pouvoir tester le Kennedy et l’Anarchist Wire (en 20G) dans des conditions de sécurité optimales. Si je vous ai déjà perdu avec ces quelques lignes mais que vous souhaitez poursuivre, merci de lire attentivement ceci.

Ceci étant dit, il y aura toujours des pros et des antis cloud chasing, en ce qui me concerne, j’adore ça mais ce n’est pas une invitation que je vous lance pour faire la même chose. Je le pratique chez moi, pas aux terrasses de cafés, et je ne fais pas de compétition. Je le pratique uniquement parce que j’aime ça et que ma vape quotidienne est souvent assez basse. Ce que j’entends par cloud chasing, dans mon usage, c’est en dessous de 0.12 ohm, on parle donc d’ULR (ultra low resistance).

Jeannine sors la pince monseigneur, Sid Vicious vient coiler mon Kennedy

Spécifications

  • Matière : Stainless Steel 303
  • Fabriqué en Californie par Kennedy Enterprises
  • Diamètre de 22mm
  • 4 air holes de 3.5mm
  • Contacts 510 en cuivre
  • Cuve très profonde

Notre Kennedy est donc un « Competition RDA », un atomiseur dédié aux plooms et qui rafole d’être poussé sous la barre des 0.10 ohm. C’est le genre d’atomiseur dont vos carreaux de fenêtres et vos écrans vont se rappeler, 4 barres suffisent à déposer une épaisse couche de VG sur toutes les surfaces de votre appartement.
Il ne dispose pas de réglage d’airflow, les 4 prises d’air situées sous le plateau arrivent sous les coils, on est en permanence ouvert à fond, c’est donc à nous d’adapter notre montage à cet airflow, c’est à dire avec du fil résistif assez épais, et donc pas ultra résistif. Plus haut en résistance, on prendra peut-être soin d’obstruer au coton des arrivées d’air, rien d’insurmontable… si ce n’est que j’aurais l’impression d’être bloqué dans un embouteillage au volant d’une formule 1. Du coup pour cette review, on laisse tout ouvert à fond, et c’est là qu’entre en scène notre Anarchist Wire qui rehausse encore le niveau punky badass de ce Kennedy… regardons tout ça en images.

vapadvisoryAttention, les montages présentés ou évoqués dans cet article peuvent présenter des risques s’ils sont réalisés avec de mauvais accus. Si vous débutez et que vous n’êtes pas familiarisé avec votre matériel il est vivement recommandé d’éviter de réaliser des montages avec des résistances d’une valeur inférieure à 1 ohm. Pour en savoir plus sur les règles de sécurité à observer lors de vos montages et concernant le choix de votre matériel, merci de vous référer à cet article.
Chez le Kennedy, tout est pensé pour du gros cloud : un plateau bien profond, des énormes arrivées d'air sous le plateau, un plot positif en cuivre, une chambre assez haute et un drip tip large.
Chez le Kennedy, tout est pensé pour du gros cloud : un plateau bien profond, des énormes arrivées d’air sous le plateau, un plot positif en cuivre, une chambre assez haute et un drip tip large.
Notre cuve cache un bien joli dôme pour maximiser le rendu des saveurs... un peu de finesse dans ce monde de brutes, ça ne peut pas nuire.
Notre cuve cache un bien joli dôme pour maximiser le rendu des saveurs… un peu de finesse dans ce monde de brutes, ça ne peut pas nuire.
Un beau drip tip bien large et assez court, comme je les aime.
Un beau drip tip bien large et assez court, comme je les aime.
Il s'agit d'un drip tip propriétaire en acier inoxydable, mais il en existe aussi en delrin adaptés à ce dripper
Il s’agit d’un drip tip propriétaire en acier inoxydable, mais il en existe aussi en delrin adaptés à ce dripper
Tout est impressionnant sur cet atomiseur, le pin en cuivre inspire confiance même s'il n'est pas ajustable, il dépasse bien du négatif, parfait pour les mods à top cap hybrides
Tout est impressionnant sur cet atomiseur, le pin en cuivre inspire confiance même s’il n’est pas ajustable, il dépasse bien du négatif, parfait pour les mods à top cap hybrides. On trouve en dessous notre numéro de série et son origine. Notez ce superbe usinage des arrivées d’air
Sur la chambre, la gravure du nom de notre dripper est elle aussi très réussie, assez profonde et je la trouve plutôt de bon goût
Sur la chambre, la gravure du nom de notre dripper est elle aussi très réussie, assez profonde et je la trouve plutôt de bon goût
Allez on dégaine notre Anarchist Wire... attention il y en a un des deux qui n'en est pas ;)
Allez on dégaine notre Anarchist Wire… attention il y en a un des deux qui n’en est pas 😉
Évidemment, avec un Kennedy, on a une tendance à ne pas être super raisonnable avec les résistances.
Évidemment, avec un Kennedy, on a une tendance à ne pas être super raisonnable avec les résistances.
Profitons en pour regarder cette cuve abyssale
Profitons en pour regarder cette cuve abyssale… oui j’avoue j’ai fais un dry burn, je sais qu’il ne faudrait pas mais l’idée est aussi de tester ce Anarchist Wire
J'ai testé le Kennedy au Bacon v2 et à la Fiber Freaks. Même si le Bacon V2 est vraiment super, je persiste à préférer la Fiber Freaks pour un usage en ULR, elle est bien plus résistance à hautes températures
J’ai testé le Kennedy au Bacon v2 et à la Fiber Freaks. Même si le Bacon V2 est vraiment super, je persiste à préférer la Fiber Freaks pour un usage en ULR; elle est bien plus résistance à hautes températures
Pour les accus, les MXJO 26650 sont parfaitement indiquées pour ce montage
Pour les accus, les MXJO 26650 sont parfaitement indiquées pour ce montage
Paré à faire feu
Paré à faire feu
Rien de tel qu'un bon petit juice pinoy pour de gros nuages (ici un juice d'iClouds en 70VG)
Rien de tel qu’un bon petit juice pinoy pour de gros nuages (ici un juice d’iClouds en 70VG)
TchouuuuuTchouuuuuuu
TchouuuuuTchouuuuuuu

Et ça vape gros comme ça…

Conclusion

L’un des premiers atomiseurs de cloud chasing qui m’a bluffé à son époque, c’est le Mephisto d’El Diablo, un atomiseur totalement disruptif avec tout ce qui se faisait jusque là. Les mois qui ont suivi ont vu s’enchainer des atomiseurs dédiés à cette pratique qui a vraiment poussé l’innovation en matière de drippers, comme l’Onslaught de Psywar ou l’impressionnant Rampage de Golden Armour. Les drippers orientés power vaping se sont aussi démocratisés avec des références comme le Mutation X, les RDA de Cloud Chaser Inc. ou l’excellent Heracles. Les caractéristiques de ces atomiseurs, on les connait : des matériaux résistants à de très hautes températures, un airflow énorme et des trous sur les plots assez gros pour passer d’énormes coils. Si les rois du cloud chasing restent pour moi les philippins, on voit de plus en plus d’atomiseurs américains qui viennent chatouiller les monstres pinoys, et c’est bien le cas de ce Kennedy

Il y a des petits points perfectibles sur le Kennedy, mais on va voir qu’il a principalement les défauts de ses qualités. Je vais tout de suite évacuer le bottom airflow et les leaks inhérents à ce type d’arrivée d’air, ne visez juste pas les coils quand vous faites le plein, les trous sont en dessous. Visez plutôt le centre, ça limite grandement les fuites. On notera également que ces airflow prennent de la place sur le plateau, que le Kennedy compense avec une cuve super profonde. Pour le reste, voici ce qu’on peut en conclure :

  • j’aurais personnellement aimé un plot central en acier inoxydable. Le cuivre offre il est vrai de meilleures performances en minimisant la résistance « artificielle », mais c’est aussi plus dur à entretenir, on ne veut pas d’oxydation sur ce plot, donc il nécessite un entretien plus important.
  • le drip tip large aurait vraiment gagné à bénéficier d’un isolant thermique, que ce soit sur le trou du top cap ou sur le drip tip lui même. Quand on vape aussi bas, ça chauffe. Cependant la taille relativement haute de la chambre fait qu’on ne vape pas non plus sur les coils, donc ça limite quand même un peu cette chauffe. Sachez qu’il existe des drip tips en delrin pour le Kennedy.
  • le pin n’est pas ajustable, mais là encore, c’est probablement un choix lié à la maximisation des performances, un pas de vis provoque un peu de perte, donc pas de concession sur ce type d’atomiseur, c’est un choix cohérent qui correspond bien à son pédigree.
  • certains n’aiment pas les vis cruci, moi je préfère, ça me saoule d’avoir à chercher une clé allen de la bonne taille quand je coil, j’ai plus facilement un tournevis sous la main

Passons maintenant à ce qui motive l’achat de ce dripper…

  • Et bien il envoie du grain ce Kennedy, ça envoie même du très lourd. Oui c’est un atomiseur exclusif, mais on sait pourquoi on l’achète, il ne fait aucun compromis, il est taillé pour ce qu’il promet, des clouds bien gras, et il excelle dans cet exercice. Le Kennedy n’est pas un atomiseur « raisonnable ». Le montage présenté ici est à 0.09 ohm, mais il en a encore sous le drip tip, on peut l’amener bien plus bas encore. La vapeur produite est bien dense, bien lourde et… gorgée d’arômes(!). Bien plus que ce à quoi je ne m’attendais en fait. Ce gros airflow qui arrive sous les coils et le dôme de la chambre ne sont évidement pas étranger à ce bon rendu, c’est une recette qui a déjà fait ses preuves.
  • Le choix un peu à contre-courant de ne pas avoir des plots négatifs taillés dans la masse du plateau est ici judicieux, on conserve plus de place pour le juice. Les trous dans les plots sont assez gros pour passer du 20G (0.81mm), c’est ce qu’on lui demande.
  • Plus subjectif, je le trouve esthétiquement vraiment très réussi, relativement sobre malgré sa taille et agrémenté d’une belle gravure CNC.

Proposé à 105€ chez Unicorn Vape , le Kennedy a donc de sérieux arguments à faire valoir, des arguments auxquels je suis personnellement assez sensible. Si pour vous la vape c’est plutôt genesis au coin du feu, pantoufles aux pieds, un verre de cognac à la main sur un fond de jazz … passez directement votre chemin. Le Kennedy, c’est du bon gros punk qui tâche arrosé à la bière, il est fait pour dégueuler une vapeur bien grasse. Ce prix le place évidemment dans un segment haut de gamme, mais pour ce prix, on a une bête de guerre qui pour ne rien gâcher au plaisir, restitue plus qu’honorablement les saveurs pour un airflow si énorme. On est très nettement au delà du rendu d’un Freakshow par exemple. Le Kennedy se place pour moi en concurrence directe avec le Rampage qui est vendu au même prix. Et puisque j’en suis à le comparer au Rampage, sachez que le Kennedy a une meilleure capacité de juice et leak bien moins que le Rampage mais qu’il est peut être un peu moins fin que ce dernier qui lui permet un réglage du flux d’air que l’on peut combiner avec différents réglages de la cloche à répartition de juice.

Pour l’Anarchist Wire il semble qu’on ne le trouve en France que chez Unicorn Vape (je soupçonne d’ailleurs Bertrand d’être un grand amateur de subohming). Il est vraiment parfait pour le Kennedy, sa réactivité est impressionnante, c’est de l’instantané, c’est un wire qui est certes cher (un peu moins de 19€) mais la plupart d’entre nous ne l’utiliseront pas en allday, il faut bien le considérer comme un accessoire dédié à la performance, et pour certains, à la « compétition ». Sachez qu’il existe encore en plus gros calibre (18G, soit un peu plus de 1mm).

Un grand merci Bertrand pour ces deux excellentes découvertes.

Partager cet article :

Twitter Facebook Google Plus mail

2 comments

  1. Bonne revue!

    J’ai moi même cette bestiole depuis un petit moment, perso il rend tout se qu’il a dans le bide en Quad 22g Nichrome oblique a 0,06ohm… Sur l’abbadon c’est un carnage niveau cloud et saveur!
    Je pense investir dans la gremlin et demon cap pour tester encore plus bas sur une triple accus!

    J’ai aussi un rampage, mais honnêtement la finition du Kennedy est une tuerie! Et beaucoup plus facile à coiler!
    En tous cas je le conseille à tous ceux qui aiment les clouds avec un rendu plus que correct et une finition parfaite!

    Une dernière chose, le pin n’est pas ajustable mais passe parfaitement sur les mods hybride, sur un smpl mod il est magnifique!

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *