Hussar RTA de Hussar Vapes : vous finirez fiché banque de France mais vous en redemanderez

Hussar RTA par Hussar Vapes

165€
Hussar RTA par Hussar Vapes
93.4

Finitions globales

10/10

    Facilité de prise en main

    9/10

      Rendu global

      10/10

        Conception

        10/10

          Production de vapeur

          9/10

            Pour

            • La conception globale très intelligente
            • Les tanks de 3 tailles différentes
            • Le controle on/off de l'arrivée de juice
            • Un rendu particulièrement flatteur
            • Les nombreuses options

            Contre

            • Il est cher
            • Les options sont chères
            • Il est rare
            • Certaines options sont rares
            Hussar RTA by Hussar Vapes

            Cela fait bien deux ans que je cherchais un « tombeur » de l’Origen MK2, mon atomiseur à tank préféré, qui n’est ni un RDTA, ni un genesis, mais un truc à part… un Origen, c’est un Origen, pour moi c’est inclassable, tout ce que je sais c’est que c’est le seul atomiseur à tank que j’ai vapé en allday sans jamais toucher à un autre atomiseur pendant plus d’une semaine, pas même un dripper. Vous l’aurez compris, le MK2, dans ses versions 4 et 6ml, c’est _mon_ ato à tank, je l’aime au mesh, au câble, au coton, en dual ou en single coil. J’ai la chance de posséder 4, deux MK2, deux Origen dripper V3 que j’utilise principalement en BF, c’est dire à quel point je n’attendais même plus de tomber sur un atomiseur avec un tank, capable de me procurer une vape assez chaude et très pointue sur la restitution des arômes… grand mal m’en a pris.

            Spécifications

            • Terroir : Pologne
            • Top cap interchangeable
            • 4 types de deck en options (dual ou monocoil / gold plated)
            • Contrôle d’arrivée de juice
            • Tank standard 5,7ml (micro et nano tank en option, disponibles en ultem, SS ou policarbonate)
            • Prix qui picote sévère (prévoir un demi smic si vous le voulez full options)
            • (Quasi) Introuvable

            La détonation arrive tout droit de Pologne (il faut croire qu’il se passe quelque chose là bas, car ce n’est pass le premier modeur polonais sur lequel je craque complètement), elle est signée Hussar Vapes, et comble du comble, c’est un RTA (moi qui n’aime pas la vape froide, j’en suis encore tout retourné). Ce n’est pas la première fois que je reste bluffé devant un modeur polonais (et pas que pour ce RTA, mais devinez quoi… on en parlera ici aussi). Je ne sais pas trop ce qu’il se passe niveau vape là bas mais je soupçonne les modeurs polonais de s’être passés le mot pour ridiculiser les américains et les pinoys, prenant quasi systématiquement à contre-pied les tendances imposées, à savoir qui fera 40 cm3 de cloud de plus ou quel calibre de barbelés les plots pourront supporter.

            En Pologne, on fait dans l’usinage précis, de chez précis, on fait dans le bien pensé, on fait dans le technique, on fait dans le subtil, on fait dans le bon goût, bref on fait tout ce qui ne se fait (généralement) pas aux USA ou aux Philippines. Seul problème, c’est qu’il existe un marché d’amateurs de modeurs polonais, et ça c’est pas nouveau. Les anciens voient sûrement de quoi je parle quand je dis Magnetic Mods, Frost Mods, Barjavel, Gepetto, Amber, Kitchen, Mankos, Koncio, Sohers, Taxeuz… ok j’arrête là la liste est trop longue. Le truc, c’est que tout ces modeurs, ils ne produisent pas du Goon à 60 000 exemplaires, bref, c’est pas franchement les trucs que les reviewers français arrivent à quémander en lançant des vagues de spam dans un anglais tout aussi approximatif qu’un calcul de taux par Hobby’One.

            Allez, faisons nous du mal…

            Bienvenue en enfer, vous poursuivez la lecture de cette review en toute conscience qu’elle pourrait vous ruiner en spares divers et variés.
            Pourtant au début, ça commence gentiment… on a presque l’impression d’être devant un RTA, un truc bottom coil à dépression classique.
            Ici un deck assez classique, en version deux plots pour du monocoil avec l’arrivée d’air sous le coil.
            Avec deux arrivées de juice qui sembleraient presque sous dimensionnées par rapport à l’arrivée d’air
            Les vis de serrage du coil ne vous invitent pas spécialement à des build de ricain qui vape du concentré de diacétyle arôme popcorn bananes avec une box sous amphétamines à 490 w.
            Mais on ne peut définitivement que se gratter la tête en contemplant deux arrivées d’air surdimensionnées par rapport à celle qu’on trouve sous le coil
            Ce bien que l’airflow soit évidemment ajustable.
            Mais tout ceci contraste quand même avec les arrivées de liquides (en bas et en haut du deck sur la photo), qui semblent ridiculement petites… chain-vapera, chain-vapera pas ? Allez les paris sont ouverts… Vais-je me taper le dry  hit de l’année ?
            La petite gravure qui va bien sous notre deck… c’est propre.
            Regardons maintenant comment est fait ce curieux tank (ici en version nano). Oui figurez-vous que je l’utilise en nano et que je ne peste pas sur les multiples remplissages, tout simplement parce qu’avec ses petites arrivées de juice, on ne consomme pas l’équivalent d’un Hummer.
            Vu d’en dessous on découvre notre toute petite chambre d’atomisation et surtout tout ces petits trous par lesquels le juice vient alimenter le deck pour alimenter par dépression notre montage.
            Et c’est ici qu’on comprend que ce design cranté n’est pas qu’esthétique, c’est grâce à lui qu’en tournant la chambre, on pourra ouvrir ou fermer totalement l’arrivée de juice, et donc refaire son montage alors que le tank est plein sans que ça coule ou carrément changer de tank…
            Sur la partie supérieure de la chambre d’atomisation nous avons un joint torique et un pas de vis, qui va nous permettre de revisser le top du tank et que tout soit correctement isolé…le truc qui ne peut pas leaker.
            C’est cette pièce à droite.
            C’est d’ailleurs cette pièce qui va nous permettre de remplir notre tank via cette confortable ouverture.
            Voici notre nano tank monté, à ce stade, vous pouvez déjà le remplir en omettant pas de replacer un top cap avant de le mettre dans votre poche… et ça, c’est particulièrement ingénieux.
            Voici le top cap d’origine au milieu avec sa jolie gravure (quoi que vous pouvez vous procurer votre Hussar RTA avec des top caps d’origine différents.
            En voici 4 autres, un en ultem, un en delrin, un en policarbonate, et un en SS.
            À gauche un nanotank, au centre le micro tank, à droite le tank standard mais sans sa cheminée ni son top cap (il manque donc un bon centimètre et demi).
            Et voici notre Hussar, prêt à coiler.
            Il a quand même une certaine allure…
            Ici un petit 6 spires sur 2mm avec du kanthal 0.50mm, ça se coil vraiment tout seul.
            Ça peut sembler bas pour un RTA de ce type, mais même en chain vapant comme un dingue, impossible de prendre son dry hit. Magie de la capillarité par dépression.
            Ici avec un peu de Native Wick.
            On coupe à raz du deck.
            On mouille notre coton avec un peu de liquide avec une petite pince on le dispose simplement au dessus des arrivées de juice, sans chercher à les enfoncer en tassant, on dépose vraiment le coton sur nos arrivées.
            On met enfin en place notre tank en prenant soin de vérifier que l’arrivée de liquide est ouvert.. ici on voit une petite bulle, c’est ouvert.
            Puis une grosse bulle… c’est bon notre montage est irrigué.
            Et hop pour fêter ça, un setup 100% made in Poland

            Conclusion

            Une belle claque ce Hussar, c’est bien la première fois que je délaisse mes Origen quasi complètement pour un RTA pendant un mois. Toutes ses options en font un véritable gouffre financier, pire, la rareté de certaines peut vous rendre insomniaque et vous passerez vos nuits à écumer les groupes de trade sur Facebook ou les très rares shops qui distribuent Hussar Vapes.

            Mais le vrai coup de génie d’un point de vue technique en ce qui me concerne ce sont les tanks de trois tailles différentes. En fonction de la taille de la cheminée, vous aurez en toute logique une vape plus ou moins chaude. Je l’utilise quai exclusivement en nano tank, pour une vape la plus chaude possible, quelque chose qui se rapprocherait d’un top coil… et c’est bluffant. On a vraiment l’impression de vaper sur un top coil, même si le rendu de saveur est différent. Je lui trouve, du moins dans cette configuration, une tendance à sucrer un peu les juices, à les flatter. Si on ajoute à ça une qualité de fabrication parfaite, une conception très ingénieuse, un système de remplissage parfait, même à la pipette, la possibilité de passer d’un nano à un micro tank alors que les tanks sont pleins grâce au système on/off d’arrivée de juice (… liste non exhaustive), vous comprendrez qu’il est plus qu’aisé de tomber sous le charme de ce RTA.

            L’histoire pourrait être parfaite, nous aurions pu vivre heureux et faire plein de bébés Hussar lui et moi, mais malheureusement la vie n’est pas un conte de fée. C’est un atomiseur relativement rare, qui s’est très vite arraché (PSSSSSTTT il y en a encore ici chez Vapstor, chez qui j’ai d’ailleurs pu trouver mon nano tank puisque ce shop dispose en plus de pas mal de spares). Et évidemment, avec ses 165€ hors options, la facture peut très vite grimper si vous en voulez quelques unes. Si vous en avez les moyens et que vous êtes séduit par son côté pratique, son côté ultra customisable, et si tout simplement vous cherchez un excellent RTA… foncez.

            Partager cet article :

            Twitter Facebook Google Plus mail

            Répondre

            Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *