Doggystyle 2K16 par Animodz : L’expert en saveur

Doggystyle 2K16 par Animodz

Doggystyle 2K16 par Animodz
9.3

Qualité de fabrication et finitions

10/10

Conception

10/10

Rendu des saveurs

10/10

Production de vapeur

9/10

Facilité de prise en main

10/10

Pour

  • Rendu saveur exceptionnel pour un RTA
  • Facilité des montages
  • Faible consommation de liquide
  • Design très compact
  • Conception globale très intelligente

Contre

  • Système de remplissage qui peut se révéler un peu contraignant si l'on serre trop le tank
  • Manque des vis dans les spares

 

Aniki, sous la marque Animodz, sévit depuis bien longtemps sur le scène des modeurs français et il en est même un des pionniers. Ses productions sont pléthoriques et unanimement reconnues pour leur qualité de fabrication et leur finition irréprochable. Citons en vrac les Amstaff, P’tit Chacal (v1 et v2) ou Dogfather au niveau des mods mécaniques. Les atomiseurs (Chiwawa, Doggystyle v1 ou Pitbull) sont très clairement orientés vers la meilleure restitution des saveurs possibles.

Spécifications

  • Terroir : France
  • Capacité : 3.5 ml
  • Format : diamètre de 22 mm / hauteur 30 mm sans drip tip
  • Connecteur 510 non ajustable
  • Matériaux : Acier inoxydable, tank en quadrant
  • Monocoil en bottom airflow
  • Airflow ajustable

Je l’avais déjà évoqué à l’époque dans mon article sur le Kayfun 5, l’ai longtemps été RTAphobe. Si le système de tank a de nombreux avantages, il peut aussi se transformer en véritable cauchemar s’il n’est pas parfaitement pensé et conçu. Si la capacité d’un tank et sa consommation plus faible en liquide qu’un dripper sont particulièrement appréciables, les fuites incessantes au niveau des airflows (du fait d’un dosage de coton trop précis ou contraignant) peuvent rapidement rendre complètement fou l’utilisateur. Et si l’on a la chance de ne pas avoir de fuite, c’est bien souvent le dry hit qui pointe le bout de son nez au bout de quelques bouffées.

Aniki a littéralement gommé les deux principaux défauts inhérents aux RTA avec son Doggystyle 2K16. En un an d’utilisation intensive, aucune fuite, aucun dry hit à signaler, jamais ! La simplicité du placement du coil et du coton rend cet atomiseur accessible à tous et notamment aux novices en matière d’atomiseurs reconstructibles. Mais le plus grand tour de force réalisé dans la conception du Doggystyle 2k16 réside dans sa capacité à restituer des saveurs. Ce petit Doggystyle 2K16 met littéralement un gifle à moins de 20 watts à la plupart de mes drippers monocoils réputés pour leur orientation saveur.

Le Doggystyle 2K16 arrive dans une petite boite aussi compacte que l’atomiseur. Coté spares simplement deux joints (le plus grand sert au maintien de la bague d’airflow et le plus petit permet l’étanchéité entre le tank et la cloche).
Le doggystyle 2K16 n’est pas vendu avec un drip tip. Il a accepté sans soucis tous ceux dont j’ai pu le coiffer. Et puis j’ai décidé de m’offrir un petit Stone fleas Paw de chez Animodz en pierre reconstitué, ultra agréable.
Le plateau est assez simple et conçu sur le type de celui d’un kayfun. On notera toutefois les deux larges encoches qui servent au passage du coton. L’arrivée d’air est légèrement surélevée pour éviter les fuites. Les vis sont d’une qualité assez impressionnantes. Après un an d’utilisation intensive, si elles sont un peu marquées par les traces de tournevis, elles fonctionnent parfaitement.
Le deck vu de coté. On note le décroché entre le plateau de montage et les reste de la base qui permet la circulation du liquide sous le plateau.
Le dessous du plateau. on remarque le décroché qui correspondant à la partie de la bague d’airflow. Pour démonter entrièrement le deck, il suffit d’oter le pin 510 non hybridable.
Le système d’airflow est réglable via une bague maintenue par un joint particulièrement résistant. Il conviendra de mettre un peu de VG sur le joint à la première utilisation et à chaque nettoyage afin d’assurer une circulation de la bague. L’airflow n’est pas très large et pourtant ouvert à grand, le rendu n’est pas serré, seulement légèrement restrictif à la manière d’un hadaly par exemple.
Le deck totalement démonté. A gauche le plot positif isolé par du peek sur toute le surface de contact avec le négatif et les deux trous d’arrivée d’air. A droite le plot négatif entièrement usiné dans la masse de la belle oeuvre et de la sécurité, que demander de plus ? Des filetages précis pour les vis ? Et bien on les a.
Le tank se décompose en 3 parties. A gauche, la cloche de 11 mm de diamètre qui se termine par une cheminée ultracourte pour bénéficier d’un rendu de saveur accru. On découvre également un gravure « Doggystyle 2K16 ». Au centre un tank en quadrant beaucoup plus résistant que le PMMA. A noter que le filetage est incroyablement solide et parfaitement travaillé. Aucun risque de le tank se « déchire » au niveau du filetage, comme ça peut être le cas pour le hurricane v1.2 par exemple. A droite une bague qui assure un maintien parfait de l’ensemble.
L’envers du tank qui permet de mieux découvrir la taille de la cheminée ultra courte et le numéro de série de l’ato.
Le montage est ultra simple. Il suffit de placer les pattes des coils sous les vis et de serrer en les maintenant.
Pour la montage, un coil d’un diamètre de 2.5 mm est le maximum possible. Pour le reste, j’opte la plupart du temps pour du kanthal 26g (6.5 ou 7,5 tours suivant les humeurs). Ici 0.8 ohm on est bien pour une vape froide à tiède. Si vous souhaitez une vape plus chaude, le 24g passe bien aussi.
Pour le cotonage, rien de bien compliquer. Il suffit de tailler sa fibre au raz du deck et d’aérer un peu sa fibre. Ici, j’utilise la première version de la fiber freaks densité 1 qui 3 ans après est encore pour moi la meilleure en matière de restitution des saveurs. Et oui il m’en reste encore quelques paquets.
Il suffit d’humidifier et de placer le coton dans les encoches du deck prévues à cet effet. Ultra simple.
Pour le remplissage du tank, là aussi, on ne peut pas faire plus simple. On dévisse le tank et on remplit tout autour de la cloche. On a suffisamment de largeur pour utiliser n’importe quel embout de remplissage. On découvre aussi les deux larges arrivées de liquide qui permettent une alimentation parfaite du coil en liquide. Cette configuration permet dacced’accéder au plateau sans avoir à vider son tank.
Il peut arriver que l’on serre un peu trop le tank et qu’il soit difficile de le dévisser. Rien de grave. Il suffit de placer une tige assez fine dans l’airflow; de dévisser le tank en le maintenant fermement et en deux secondes tout est réglé.
Le Doggystyle est un summum en matière de restitution des saveurs, tant sur les liquides fruités que sur des gourmands. Il permettra notamment de découvrir toutes les petites subtilités de certaines custards qui n’apparaissent pas forcément sur dripper. Ici je me régale avec le Vanilla slurp de la gamme Fat Juice Factory de chez Pulp. Une vraie petite tuerie dont je n’arrive plus à me passer.
Un tel ato mérite ce qu’il y a de mieux en matière de mod. Il est aussi à l’aise sur meca qu’en électro. Etant donné ses qualités, j’ai décidé de le poser sur un des meilleurs mods que je possède, une box l’Atelier.

Je n’ai conserve que deux RTA des dizaines que j’ai pu acheter. Certains ont été revendus, d’autres ont fini dans mon carton à rabiot et prennent la poussière au garage. Le Doggystyle est mon atomiseur allday. Petit, compact, il est discret et peu encombrant. Sa capacité des restitution des saveurs hors norme en fond une vrai bête de concours. Sa faible consommation tant en matière de liquide que d’accu permet de ne pas de trimballer avec un chubby et plusieurs boîtes d’accus dans son sac pour la journée.

Alors certes, on pourra lui trouver certains défauts, notamment au niveau de la production de vapeur, mais en est ce réellement un ? J’avoue que posséder un atomiseur qui me permet de déguster mes liquides préférés tout en restant discret et sans forcément importuner mon entourage est un vrai bonheur au quotidien. On pourra également lui reprocher son tarif plutôt élevé. Mais, combien d’argent ai-je gaspillé en autant d’atomiseurs mal finis et qui au final ne m’ont jamais satisfait ? Sa faible consommation de liquide permet également de s’y retrouver.

Un an d’utilisation de ce Doggystyle et il reste toujours à porter de main. Facile à entretenir et à monter, il est prêt en 5 petites minutes. Un vrai bonheur et quelles saveurs, quelles saveurs …

Partager cet article :

Twitter Facebook Google Plus mail

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *