Clash à la FIVAPE : deux fabricants de liquides évincés veulent monter leur propre organisation professionnelle

diy

diyComme l’information a déjà plus ou moins fuité sur Facebook et que vous risquez d’en entendre parler d’ici peu, nous allons aujourd’hui évoquer une nouvelle relativement douloureuse. La dernière réunion de la FIVAPE a donné lieu à de vifs échanges ayant conduit deux fabricants de liquides à s’unir pour monter leur propre organisation professionnelle. Jusque là rien de grave, il est toujours bon dans un secteur d’avoir des professionnels qui se rapprochent pour faire front commun.

Dans un monde idéal, ces fabricants constitueraient un sous-ensemble de l’écosystème de la vape, celui des fabricants de liquides et resterait ainsi formés, actifs au sein de la FIVAPE qui vise un public plus large des professionnels de la vape (boutiques, modeurs, fabricants de liquides, distributeurs…).

Mais comme nous ne vivons pas dans un monde idéal, c’est bien d’un schisme qu’il s’agit entre ces deux acteurs et la FIVAPE. Si on ne peut pas réellement parler d’une organisation professionnelle « dissidente » de la FIVAPE au regard du spectre réduit d’acteurs concernés, nous ne serions pas non plus dans le cadre d’une structure naturellement alliée à la FIVAPE, et ça c’est relativement inquiétant.

Edit 13/10/2016 -12h50 : La rumeur selon laquelle les deux fabricants s’attaqueraient à la pratique du DiY serait « infondée » selon nos dernières informations, du moins pour l’un des deux (et même plutôt 3 pour être précis) acteurs.

En toile de fond, l’avenir du DiY, donc le devenir d’autres acteurs qui produisent des arômes, des concentrés et des bases nicotinées. Si vous tombez sur l’information publiée sur Facebook, lisez là avec un minimum de recul critique puisqu’elle puise son origine dans un document issu des travaux de la Commission Européenne et que sans avoir été présent à cette houleuse assemblée générale, dur de savoir si les deux fabricants se sont ouvertement positionnés en faveur de ce qui suit.

Nous avions évoqué, il y a quelques mois, ce fameux document de la commission européenne qui sonnait comme une attaque en règle du DiY en ces termes :

Risques potentiels pour la santé publique

La Commission a recensé quatre risques principaux liés à l’utilisation des cigarettes électroniques rechargeables, à savoir: 1) l’intoxication par ingestion d’e-liquides contenant de la nicotine (notamment chez les jeunes enfants), 2) des réactions cutanées suite au contact de la peau avec des e-liquides contenant de la nicotine et d’autres produits irritants, 3) les risques associés aux mélanges «faits maison» et 4) les risques découlant de l’utilisation de combinaisons non testées d’e-liquides et de dispositifs ou de la personnalisation du matériel.

Les deux fabricants de liquides spéculeraient-ils sur une réglementation européenne contraignant à la vente au public des produits exclusivement « finis » ? Comprenez prêt à l’emploi et dûment conditionnés, excluant de fait la pratique du DiY. Et si on lit bien, on se rend compte que ça ne touche pas qu’aux liquides mais bien aussi au matériel « personnalisable ».

Le calcul, si calcul il y a eu, peut sembler un peu hasardeux, car même si Banga et Oasis s’associaient pour interdire les oranges pressées, nous savons tous que dans les faits, c’est loin d’être gagné… et en terme marketing pour nos deux acteurs concernés, la lecture risque de ne pas être évidente à digérer pour les adeptes du DiY et les vapoteurs en général, ni pour leur réseau de distribution spécialisée dont beaucoup vendent aussi des concentrés, arômes et bases pour le DiY.

Toute cette agitation laisse un arrière goût assez amer à l’heure où le monde de la vape aurait besoin de faire front commun, par exemple en soutenant le recours au conseil d’Etat introduit par Sovape aux côtés de quatre autres associations, au lieu de spéculer sur la mise à mort d’une pratique largement répandue dans le monde de la vape.

Partager cet article :

Twitter Facebook Google Plus mail

18 comments

  1. Et si on arrêtait de croire que les intérêts de tous les professionnels étaient les mêmes.
    Certains professionnels ne jouent pas avec les mêmes règles que les autres, et c’est populisme que de défendre ceux là contre ceux-ci. Je comprends et soutiens parfaitement Alfaliquid et Greenvapes. Deux sociétés qui tirent la vape vers le haut depuis toujours…

  2. Il me semble que les liquides nicotinés que ce soit tout faits ou destinés au DIY ne peuvent être vendus aux mineurs, ce qui n’est pas même le cas pour l’eau de javel lessives et autres détergents, je suis persuadé qu’un bébé assez grand pour marcher serait moins intoxiqué après l’ingestion de 10 ml même à 20 mg de nico que 10 ml de Javel pure ou de Desktop… et que dire des allumettes, briquets ou bougies allumées laissés sur les tables basses. Donc oui bullshit absolu pour espèrer vendre chère leur « came » (oui la nico est addictive) et oui à mettre dans le même sac que Marisol qui palpe avec les patch et BT avec les clopes

  3. On va dire que ce ne sont pour le moment que des hypothèses. Si elles devaient se confirmer, alors là il y aurait un gros problème : la vape c’est AUSSI le plaisir de faire ses jus tout seul dans son coin, à son goût, de tester des trucs, des mélanges, des arômes (D’ailleurs Green Vape, ça a commencé comme ça, il serait bon qu’ils s’en souviennent).
    Un autre problème, c’est que je me vois mal balancer ma dîme à quelque fabricant que ce soit pour des jus qui de toute façon n’auront rien à voir avec mon all day, quelque soit la qualité (par ailleurs indéniable) des liquides en question.
    Et le budget vape n’aura plus rien à voir, et pour certains (assez nombreux), ça deviendrait TRÈS compliqué.
    Donc, wait & see. Il y a loin de la coupe aux lèvres entre les réglementations (suppositions, recommandations, votées, pas votées, appliquées, pas appliquées) et la résistance que cette hypothèse, si elle se confirme, risque de rencontrer.
    On résiste déjà contre la TPD, l’OMS, Marisotte, la DNF et les études de Mad Stan, on ne va pas se laisser impressionner par deux fabricants qui pourraient avoir forcé sur l’arôme melon…

  4. Ben après avoir vu un shop de campagne fermer car ses clients étaient majoritairement passé au DIY, (ouais, il avait pas vu venir le coup… de 10 clients par jour c’est passé à 10 client par semaine. Pourtant il était fier de proposer du DIY) je me dis que ma foi, l’arrêt du DIY ne serait pas forcément un mal pour les petits commerçants.
    Du coup, je comprends que ça puisse faire râler les gros shops et fabricants qui espèrent sans doute « tuer » les petits. Quant aux utilisateurs de DIY qui pensent d’abord à vaper pas cher, faudra juste pas se plaindre quand il n’y aura plus de shops physiques que dans les grandes villes (là où il y’a suffisamment de passage de clients).

    1. Il y a des exemples inverses, où le DiY a été bénéfique au chiffre de certains shops. Dire que le DiY va tuer la vape, c’est comme dire qu’Internet va tuer la culture. Le DiY est aujourd’hui un usage de la vape et :
      1° on ne lutte pas contre un usage ;
      2° les usages façonnent le marché ;
      3° on ne façonne pas les usages on s’y adapte (ou on les subit).
      Honnêtement je ne connais pas les marges sur les juices vs les arômes + bases + matos de mix, des pros pourraient peut-être nous en dire plus mais l’argument économique ne me semble pas, seul, pertinent pour se faire une idée.

  5. Je sais pas vous, mais moi je vois plutôt ce texte de l’UE comme une tentative de BT/BP de n’avoir que des cartouches pré-chargés.
    D’une manière générale, ce texte attaque autant les flacons de recharge que le DIY… Soit l’ensemble des solutions techniques de re-remplissage.
    A votre avis, qui vend des cartouches pré-chargés… Alfa, green vape…. ou BT avec la Logic… ?

    Vous trompez pas d’adversaire, et demandez vous à qui profite ce type d’information…
    Diviser pour mieux régner… Casser la vape… qui en profite… la vape, ou BT/BP ?

    my 2 cts

  6. Excellent article,
    comme on pouvait s’y attendre, malheureusement, a défaut de ce diversifier, certaines marques ont choisi de conserver le produit sur lequel elles margent le plus….
    Pour ces dernieres l appat du gain est tel qu’elles en oublient l évolution du marché ( dramatique dans le monde du commerce )….
    Quid des besoins et/ou du budget du vapoteur moyen ?
    Il est particulièrement risible de voir ces sociètés, qui jouaient jadis la carte de l aide à l’arrêt du tabac, prendre le chemin inverse aujourd hui….
    Qu est ce qu’un liquide vendu en fiole ?
    Une recette d arômes , associés à une base nicotinée !
    Ca fait cher le mélange….

  7. pour ma part…. je n’ai pas acheté un e-liquide tout prêt depuis fin 2013….du PG/VG + nicotine et arômes vendu au prix du litre d’un parfum haut de gamme…..MDR !!! ( et mon diy n’est fait qu’avec 6% à 10% d’arômes pour 10 ml )

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *